Pabula

PABULA est l’histoire d’une femme, Brunissande, injustement condamnée par l’inquisiteur et le juge, qui est jetée en prison pour sorcellerie; c’est l’histoire d’une autre femme, Jeanne, qui élève sa fille, Mahaut, au mieux dans cette période de méfiance et de fausses accusations, mais PABULA est aussi une histoire de terre et de l’amour pour cette terre. Il existe un mot qui vient de très loin pour définir la Pévèle, ce mot est « Pabula », vieux terme latin, qui veut dire : Pâture.

Mais « Pabula » pourrait également être votre terre, cette terre qui a abrité notre enfance, et qui devient en général le socle, voire le repère de notre mémoire et nos valeurs. Avec ce spectacle, vous replongez dans l’histoire d’une façon ludique et amusante, à travers les textes interactifs et des chants merveilleusement interprétés. Retour donc au 17ème siècle pour un son et lumière « de poche ». Un spectacle interactif qui invite le public à entrer dans le conte, servi par les effets, la machinerie et la musique d’un divertissement moderne.

Pour cette fiction inspirée de faits historiques « la chasse aux sorcières », l’action nous transporte au pays de Pévèle. Pabula, héroïne de la pièce et allégorie de la Pévèle, y ploie sous le joug d’un inquisiteur fanatique… Un spectacle, pour petits et grands, qui porte haut les couleurs de la tolérance. Une histoire d’une chasse aux sorcières ou les gens sortent « en-balai »

A propos

En 2002, avec l’aide de Christian MAILLE, Dianne COUTTEURE – VAN DEN EIJNDEN à créé un spectacle intitulé « De Pévèle en Pévelois » sur la demande de l’association Pévèle 2000, et ce spectacle peut être considéré comme l’inspiration de cette création : « PABULA ». Cette fois,Dianne COUTTEURE – VAN DEN EIJNDEN a donné à l’écrivain Alain STRECK, l’idée de ce nouveau spectacle « PABULA », avec le script de son grand frère. L’auteur, Alain STRECK, en a fait un vrai bijou!

Né en 1955, Alain STRECK administre un site Intranet dans une banque agricole du Nord de la France et exerce le métier d’écrivain depuis 1991, année au cours de laquelle il a reçu le Prix régional Fureur d’Ecrire. En 1992, se classant troisième de la catégorie Théâtre, il obtient un premier accessit au Concours International Arts et Lettres de France pour la pièce « Un ange passe ». Après avoir été sélectionné à deux reprises lors du Prix du Quai des Orfèvres 1993 pour « La renverse », il a publié en 1998 une reconstitution de la célèbre bataille de Bouvines (1214) chez L’Harmattan, sous le titre « J’étais à Bouvines ». Cet ouvrage a été primé deux fois. L’année 2003 marque un tournant dans sa carrière d’auteur avec la publication de l’essai « Un regard positif sur la vie », préfacé par la romancière Catherine HERMARY-VIEILLE. Frappé de voir combien le « réalisme » semble prendre les allures désespérantes du pessimisme, il décide de tenir à contre-courant un discours résolument optimiste sur la vie.

Plusieurs spectacles sont de la main de Dianne VAN DEN EIJNDEN, « Invitation au Voyage », « Ce que les Arbres me disent », « Comme à l’Opéra », « Les Histoires de Ronny Coutteure », « Dans le Verger du Temps », « Les Ratés de la Bagatelle » et d’autres.

Frédérick THIERRY était élève de Jean Bizet, Cécile Edel, Latos et Gizelle Chain à l’école normale de musique de Paris. Diplômé de l’institut de musique d’église de Namur en Belgique. Président du groupe de Jeune œcuménique de l’Eglise Réformée de France à Douai jusqu’en 1997. Créateur de divers albums de variété, participation aux pièces de théâtre en qualité d’acteur et pianiste. Enseignement supérieur de piano et divers concerts à travers le monde (U.S.A., …).

François SCHMITT, fondateur de différentes troupes de musique, pianiste et autodidacte pour la composition, est en même temps que ses activités musicales régisseur au sein du théâtre Ronny Coutteure à Fretin.

Vidéo :

Photos :

La presse en parle:

La Voix du Nord, septembre 2012

Fabuleuse Pabula

Pour la première fois, dans le théâtre Ronny Coutteure à Fretin, a été joué la pièce de théâtre « PABULA ». Pleine d’émotions, elle a ravi tous les spectateurs.

On pourrait ici raconter en détail la pièce, tant à chacun des instants, l’émotion vous prend. Tantôt gaie, tantôt triste et dramatique, la pièce ne laisse pas indifférent. Pour interpréter cette œuvre dont elle est l’auteur avec Alain Streck, Dianne Van Den Eijnden, c’est entourée de Thibaut ROTTIERS et Marie-Irène COUTTEURE. « Oui ! oui ! » comme nous le dit si bien le régisseur, en aparté, à la sortie du spectacle, en parlant de Dianne et Marie-Irène: « Les chiens ne font pas des chats. » Entendez par là que la fille suit modestement mais dignement les pas de ses parents. Bien sûr, il y aurait beaucoup à dire sur l’excellente interprétation vocale de notre cantatrice Dianne Van Den Eijnden. Mais ce samedi soir, la salle raisonnait d’un doux parfum frais, celui qui allie expérience et  jeunesse, fougue et joie de jouer. Le tout est interprété, bien évidemment, avec un extrême professionnalisme. Thibaut Rottiers est acteur professionnel. Il a, à son actif, quelques pièces de théâtres, mais aussi  courts et longs métrages. Si « La fleur de l’Awaï » ne vous dit rien, peut-être vous rappellerez vous de lui dans « Entre ses mains » ou « Welcome ». Acteur et Chanteur, il interprète, ici, avec talent, les rôles de l’Inquisiteur et du Prévôt. C’est même un inquisiteur assez effrayant. Ah oui, c’est vrai, vous voulez certainement en savoir plus sur la pièce ? PABULA, création de la Cie. ADVITAM, vous transporte dans l’histoire d’une façon ludique et amusante, à travers des textes interactifs et des chants merveilleusement interprétés. Brunissande, injustement condamnée par l’inquisiteur, jugée et jetée en prison pour sorcellerie, est au centre de l’intrigue. PABULA, vieux terme latin, qui veut dire « Pâture », est aussi une histoire de terre, de l’amour qu’on lui porte, qui a abrité notre enfance, et qui devient en général le socle et le repère de notre mémoire et nos valeurs. On parle ici de la ou du Pévèle, car on peut dire les deux. Allez donc rencontrer Jeanne, Mahaut et Brunissande, dans leur forêt et plongez dans l’univers du 17ème siècle, pour un son et lumière  « de poche ». En cette période de chasse, celle aux sorcières est ouverte, à la ferme des hirondelles. Et comme le dit si bien Dianne Van den Eijnden : « vous en sortirez En Balai !  »   (par F.M.)

Les commentaires sont fermés